Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
12 novembre 2013 2 12 /11 /novembre /2013 18:24

fly-rapid-flyer-castel-coucou.jpg

ATELIERS LES PETITS COUCOUS

 

Les ateliers d' arts plastiques « les petits coucous » organisés par le castel coucou ont pour but de développer la sensibilité et la créativité de vos enfants. L'association invite un artiste par trimestre à développer un projet avec les enfants. C'est l'occasion pour eux de d'apprendre et connaître des techniques différentes, de rencontrer et de discuter avec de jeunes artistes plasticiens. A la fn de chaque trimestre une présentation des ateliers, sous forme de petite exposition, est proposée permettant ainsi aux parents et proches des enfants de découvrir leur travail dans une ambiance conviviale. Et c'est aussi une belle mise en valeur du travail des enfants en les mettant dans les mêmes conditions que les artistes contemporains.

Les ateliers se déroulent dans les locaux du castel coucou, ce qui permet en même temps de les mettre dans une ambiance créative et de leur faire partager la programmation artistique du castel coucou. Adresse du castel coucou : 20 rue Sainte Croix à Forbach.

 

//////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////


Les horaires :

> le mercredi de 14h à 16h

> le mercredi de 16h à 18

> le samedi de 14h à 16h

 

Les ateliers sont ouverts aux enfants de 4 à 12 ans. Si votre enfant n'est pas dans cette tranche d'âge et est intéressé par les ateliers arts plastiques, n'hésitez pas à nous contacter.

 

Le tarif est de 35 euros par trimestre. Les inscriptions sont ouvertes partir de mercredi 6 novembre soit en venant au castel coucou (20 rue Sainte Croix à Forbach). Cependant il est conseillé de nous contacter avant puisqu'il n'y a pas encore de permanence fxe.

 

Il est aussi possible de préinscrire votre enfant par email castelcoucou@gmail.com ou au 07 61 41 06 06. Les inscriptions sont ouvertes durant toute l'année scolaire. Cependant il est conseillé d'inscrire votre enfant au début ce qui lui permettra de bien suivre le déroulement du projet réalisé avec l'artiste.

 

Pour plus de renseignements, vous pouvez contacter le 07 61 41 06 06 ou bien castelcoucou@gmail.com.

//////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

 

LOIC LOUTZ


Par mes nombreux voyages au Maroc et en Afrique de l’ouest, je suis un témoin privilégié de ce que l’on nomme le choc des cultures. Au coeur même de cette incompréhension chronique se trouve la croyance religieuse et les cultures qu’elle engendre. Par mes réalisations, j’interroge la portée stratégique et politique de la religion ; je propose une réflexion sur la transmission des concepts religieux, le rôle que joue la collectivité, la culture et les médias dans cette quête identitaire.


Ma démarche n’est en aucun cas de discréditer l’une ou l’autre croyance. Bien au contraire, dans ce gigantesque trouble je milite pour un certain libéralisme individuel et un respect de toutes idéologies. À contrario, je dénonce les conséquences terrestres souvent inhérentes à ces choix, le concept de laïcité qui selon moi est un idéal fantasmé et inaccessible, l’amalgame grandissant entre culture et religieux, les lobbies exerçant dans ce milieu et la division provoquée entre les individus et entre les peuples.


Repost 0
Published by castelcoucou
commenter cet article
16 septembre 2013 1 16 /09 /septembre /2013 00:26

Visuel-Une-nuit-eine-nacht-la-nuit-de-lora-2013-copie-3.jpg

 

Pour célébrer la naissance de LORA (Réseau d'art contemporain en Lorraine), le castel coucou en partenariat avec Lora ont invité les premières structures membres à présenter des artistes qui vont investir les chambres de l'hôtel des Coulisses à Forbach pendant une nuit. C'est donc l'occasion pour le public de découvrir à la fois des oeuvres inédites, de dialoguer avec les artistes mais aussi de connaître et échanger avec des structures artistiques lorraines. Et pour ouvrir cet évènement aux frontières, l'association Loopingstar et Saarländisches Filmbüro ont aussi été invités à venir présenter des artistes! Et tout cela se déroulera dans une ambiance festive!

 

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Castel coucou

En partenariat avec Le Réseau d'art contemporain de Lorraine

Structures présentes :

> Faux mouvements présente Active Men

> My Monkey présente Ludmilla Cerreny & Julien Rubiloni

> Artopie présente Laurent Odelain

> CIAV présente Alexandre del Torchio

> La conserverie présente Noel Julie

> Modulab présente loic loutz

> Le Toutouchic présente Tama Bulsara et Maud Guely

> Ergastule présente Anne Emilie Philippe

> La synagogue de Delme présente Arthur Debert

> L'école Nationale Supérieure d'Art de Nancy présente Emilien Sarot

> Le castel coucou présente jonathan rescigno

Seront aussi représentés les autres structures du Réseau Lora : La maison de l'architecture de Lorraine, l'ESAL, la maison de la culture et des loisirs de Metz, le Cadhame, le Vent des forêts...

Structures allemandes :

> Loopingstar présente Frau Scharz

> Saarländisches Filmbüroprésente Anna kautenburger

 

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Infos pratiques :

ENTREE LIBRE

Les Coulisses

50 avenue Saint Rémy /57600 Forbach

Une navette pour faire Metz-Forbach (aller-retour) prix libre (réservation au 07 61 41 06 06)

Départ à 19h place de la comédie à Metz

Coin shop

buvette et restauration sur place

Pour plus d'informations : + 33 (0)7 61 41 06 06 ou castelcoucou@gmail.com


///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Description des pièces présentées

Julie Noël présentée par La Conserverie

JULIE NOEL

Installation

Interroger la mémoire de soi c’est interroger la question de l’autre et de soi, de l’autre dans soi. De ce que j’appelle l’autre soi. Du passage de l’état d’enfant à l’âge adulte. Ce double avec lequel nous vivons, avec lequel nous avançons, et que nous construisons. Il est présent là où on ne peut le voir, dans nos gestes, sur nos vêtements, dans notre manière de penser. Cette multiplicité de soi forme un ensemble fragile que le temps habille petit à petit. Les autres, les expériences, le vécu s’y complaisent.

Je me retrouve dans l’autre qui se retrouve finalement toujours un peu en moi.

ERGASTULE

 

Anne-Emilie Philippe présentée par Ergastule

ANNE-Emilie PHILIPPE

Installation

Mon travail s’articule autour d’un geste «motif», retourner les choses. Ce renversement, n’est pas seulement présent dans l’imaginaire mais aussi dans la matérialité des pièces.

Le recours à l’absurde, au sens de «contre le sens commun», ou contresens a lieu jusque dans l’utilisation détournée des matériaux, au cœur même de processus d’élaboration souvent expérimentaux. 

Que ce soit par le dessin, les livres d’artiste, les installations ou les objets, la poétique de l’absurde mise en œuvre n’est pas un simple jeu de mot ou un déplacement d’idée mais bien une poétique plastique, une poétique du matériau qui implique l’utilisation de savoir-faire artisanaux, parfois peu en rapport avec le résultat attendu.

 

Active Men présenté par Faux Mouvements

ACTIVE MEN / Harry Sachs  &  Franz Höfner, Berlin

Club Ibis / Bienvenue dans une nouvelle expérience, 2001

Vidéo 9’22’’ 

Club Ibis est un programme d’animations télévisés pour les clients de l'hôtel. 

Ici la chambre devient un terrain d’expériences revisitant les programmes tv  (Ski Alpin, Formule 1, Western, Tarzan, …)

 

Ludmilla Cerreny & Julien Rubiloniprésenté par My Monkey

Ludmilla Cerreny & Julien Rubiloni

Installation vidéo

L’intervention que nous proposons est en lien direct avec l’espace existant, la chambre. Elle prend l’aspect d’un espace immatériel mais immersif, à travers une épaisse fumée qui englobe et anéanti les repères. Outre la fumée qui perturbe nos sens, une vidéo tourne en boucle, aux images de plus en plus abstraites et au son étrange, à mi chemin entre chant d’oiseau et détonation de chasse. Cette installation nocturne questionne les notions de frontières, de repères et de quotidienneté.

 

Laurent Odelainprésenté par Artopie

LAURENT ODELAIN

Infrastructures

Installation projection

« Elle explose, très large, dans un arrêt sur image. »

Laurent Odelain détermine des territoires puis tente de les révéler.

Dans la photographie, la vidéo, la création in situ ou le texte, il traite les formes et les lieux, l'espace et le volume dans l'espace.Il indique ou provoque leurs engrenages, les gestes et le mouvement qui vont les faire naître, les rendre saisissables. Il laisse entrevoir et s'imisser une action, dans la présence du corps au sein de la forme, du paysage souvent. Il dessine des territoires potentiels d'actions passées ou à venir, des traces qui révèlent des corps ou des objets fantômes ayant agi, construit, combattu là.

 

Alexandre del Torchio présenté par le Centre d'International d'Art Verrier

ALEXANDRE DEL TORCHIO

Installation lumineuse

Vanity room

Un parfum de secret et de mystère flotte sur l’établissement, générant le fantasme. La chambre devient un espace parallèle, nous pénétrons alors un lieu intime et confiné ; un espace à éprouver. Le projet s’inspire de l’univers trouble des contes et de notre besoin d’obscurité. Vanity room est un conte cruel et contemporain.

 

Loic Loutz présenté par Modulab

LOIC LOUTZ

Installation

L'équilibre

Selon de nombreuses observations, le contexte politique, économique et social influencerait la consommation de concepts spirituels. De manière naïve sans doute, cela pourrait être synthétisé ainsi : "Quand tout va bien, nous n'avons pas besoin de dieu. Quand tout va mal par contre, nous y plaçons toute notre foi".

Cette installation illustre (voir caricature) cet équilibre recherché par le personnage occupant pour la nuit, cette chambre inquiétante. Cependant, au-delà de l'aspect fictif de la scène proposée, les reliques proviennent d'Emaüs et témoignent donc du contexte réel de Forbach et de sa région.

 

Tama Bulsara et Maud Guely présenté par le Toutouchic

Tama Bulsara et Maud Guely

Installation / dessin

Interzone

Maud Guely et Tama Bulsara se rencontrent au début des années 2000 sur les bancs de la Galerie My monkey à Nancy. Malgrè l'annonce de toutes ces fins du monde iminantes et successives, ils préfèrent continuer à rire et à dessiner plutôt que de construire un abri. Mais 10 ans plus tard, il faut bien se rendre à l'évidence : les temps sont durs, les thèses survivalistes gagnent du terrain et la race humaine sent le sapin. C'est pourquoi, lorsque la galerie Toutouchic leur propose une exposition

dans une énigmatique chambre d'hôtel, ils se demandent si bientôt les rampants ne vont pas survivre aux bipëdes... Alors entrez dans líinterzone, mais attention aux centipèdes lucifuges tapis dans l'ombre...

 

Arthur Debert présenté par La Synagogue de Delme

Arthur Debert

Vidéo, sculpture, 30", Septembre 2013.

strict nécessaire

brosse à dent, paquet de cigarettes, carnet, crayon, 5 euros, téléphone, cheville, vis, clef, chaussures, plan de métro, boite de pâté, capote, clef USB, pile AAA, raccord péritel, tournevis, amorce de pistolet à pétards,clef USB, crayon de papier, porte clef.”

 

Jonathan Rescigno présenté par le castel coucou

Jonathan Rescigno

 

Frau Scharz présenté par Loopingstar

Repost 0
Published by castelcoucou
commenter cet article
24 juin 2013 1 24 /06 /juin /2013 16:19

flyer-Emmaus-recto.jpg

Pour son retour à la galerie Oeil, le Castel Coucou en partenariat avec l'Ecole Nationale Supérieure d'Art de Nancy, l'association Emmaüs Forbach vous présente l'exposition "Les compagnons du design" réalisée avec les étudiants de Nancy et les compagnons d'emmaüs.

 

///////////////////////// /////////////////////////// //////////////////////////////////////////


A l’occasion du partenariat avec les compagnons d’Emmaus Forbach et le castel coucou, les étudiants de l’Ecole Nationale Supérieure d’Art de Nancy vous proposent une série de projets réalisés autour de la valorisation, du recyclage, de la réhabilitation et de la transformation des objets et des matières. 
Bien au delà des objets réalisés, c’est autour du partage, des échanges de savoir faire et d’idées que se contruit le début d’une histoire entre les Compagnons et les futurs designers.

Sur le principe d’un "work in progress", les deux institutions ont mené une réflexion pour élaborer un procédé qui permet le recyclage, la réhabilitation, et la transformation de meubles et/ou de panneaux de particules, du type meubles à monter soi-même, qui ne peuvent pas étre valorisés par Emmaџs.

L’idée est de proposer un produit fini design, meuble ou objet, qui pourra être fabriqué par les compagnons d’Emmaџs à la suite d’une formation sur le procédé inventé par les apprentis designers.

Ce projet, expérimenté cette année à Forbach avec les étudiants de l’ENSA sera poursuivi en faisant appel à des artistes en résidence. Une transmission du procédé, designers à d’autres Emmaџs de France pourra être envisagée par la suite.

 

///////////////////////// /////////////////////////// //////////////////////////////////////////

 

"Designer Gefährten"

Ein Treffen von Castel Coucou konzipiert.
Um die Partnerschaft mit den Gefährten von Emmaus Forbach, Design-Studenten an der Ecole Nationale Supérieure d'Art de Nancy bieten eine Reihe von Projekten, um die Rückgewinnung, das Recycling, Sanierung feiern, und Verarbeitung Objekten und Materialien.
Aber weit über Objekte erfolgt über die gemeinsame Nutzung, den Austausch von Wissen und Ideen, die den Anfang einer Geschichte zwischen den Gefährten und zukünftige Designer baut.

//////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

 

Anais CHAPPRON / minimaüs
De grandes planches de bois sont stockées dans les réserves d’Emmaüs, prêtes à être jetées. Mon projet consiste en réutiliser cette matière première pour imaginer des meubles (étagères d’exposition ou de rangement) reproductibles par les compagnons d’Emmaüs selon leurs besoins.
Tout en ayant une conscience écologique, les pièces créées sont uniques car les matières récoltées par Emmaüs sont hétéroclites. Ces meubles sont épurés, libérés de tout superflu pour évoquer la simplicité et l’efficacité.

Jessica Louis et Marie Maganuco / Sommier détourné
Processus de fabrication d’objets à partir de sommiers métalliques et lattes en bois découpés et assemblés par rivetage. 
+ Banc, table basse et parois pour un espace détente.
+ Cabine d’essayage, portant pour vêtements, bac à chaussures, rayonnage pour un espace de vente.
Un projet en collaboration avec les compagnons d’Emmaüs afin de valoriser la matière première abondante. Mais aussi de valoriser leur savoir-faire en leur proposant un protocole simple de fabrication des objets étape par étape.

Jua
na Maillot et Marie Mantonnier/ Histoire d’objet

La volonté de ce projet est de mettre en valeur le travail des compagnons d’Emmaüs et d’amener le dialogue avec les personnes qui donnent. 
Notre projet consiste à créer un système d’étiquetage ou le compagnon écrit l’histoire de l’objet. Cette étiquette sera constitué de couverture de livre et mettra en valeur le vécu de l’objet.

Paola Sacchi / la couleur des choses
Un lieu comme Emmaüs est un espace qui abrite différentes typologies d’éléments. Autour des éléments architecturaux, ce trouve un mélange d’informations, d’objets et de structures. Ces croisements, bien que riches, ne facilitent pas la perception du lieu.
De ce fait, j’entreprend un travail de triage, classification, rangement, par la couleur. La couleur détient un pouvoir d’ordre émotionnel et affectif, qui s’explique par la supériorité de la fonction visuelle sur les autres sens. Pas uniquement un moyen de repérage, la couleur est aussi une source d’énergie puisque qu’elle dépend de la lumière, élément vital. Le travail consiste à manier des couleurs par ensembles ; d’établir une relation entre les différentes couleurs qui unifieront les objets et le lieu.

Christophe Tisserand / Articulations
En partenariat avec les compagnons d’Emmaüs de Forbach, j’ai pris l’initiative de réaliser un principe à la fois simple et déterminant. Il se caractérise par deux éléments majeurs : chaises et paumelles. Ce sont des matériaux de récupération dont leurs conceptions n’ont pas été destinées à être assemblés. La construction de cette ligne, se focalise en partie sur la facilité et la nécessité à réaliser une forme, un espace utile et pratique pour leurs utilisateurs. Une fois composée, elle se constitue d’une succession d’assises articulées dans un espace convivial et reposant au sein de la collectivité. Cette gamme permet à la fois d’obtenir une structure stable et accessible au public, mais aussi d’être indépendante et modulable en fonction de son utilité.

Claire Baldeck & Alienor Morvan / paper plane
Nous avons constaté la présence d’un grand nombre d’éditions invendues comme des vieux magazines, des encyclopédies, dictionnaire, cartes obsolètes … La trouvaille sur place de différents moules à gaufres et croque monsieur a permis d’expérimenter le moulage de pulpe de papier. Nous avons retenu le moule en alvéole qui permettait la conception d’éléments graphiques modulables. Les dalles de papier peuvent ainsi servir de dalles acoustique tandis que celle en béton peuvent être des éléments constitutif d’une signalétique extérieure. 

Kimberley Cosmilla / SLICE
Copeaux pressés, OSB, lamellé collé, multipli… tous ces panneaux de bois reconstitué sont composés de résines toxiques empêchant leur réutilisation comme combustible. Ils s’introduisent de plus en plus dans notre mobilier : bon marché, léger, jetable et esthétiquement neutre, ils correspondent aux critères économiques des grandes marques de fabriquant de meuble. « On allait s’en débarrasser », sauvés à la menuiserie d’Emmaüs. Je me suis intéressée à l’esthétique brute qu’offrent leurs tranches. Je ré-assemble les planches entre elles afin de former une brique que l’on viendra « trancher » en fines lamelles.Ces lamelles viennent habiller des surfaces ou des meubles à la façon d’une marqueterie dont les essences fines seraient remplacées par des matériaux de récupération en créant un jeu graphique. J’invente des motifs qui révèlent une qualité inexploitée des panneaux d’aggloméré.

Pierre Alexandre Hugron / Erosion
Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme. Antoine Lavoisier. Le sablage, technique consistant à projeter du sable à haute pression afin d’abraser une surface. Ce procédé m’a permis de me réapproprier ces objets. J’ai souhaité les redessiner en modifiant leur contour, tout en conservant leur forme archétypale. J’ai fonctionné par enlèvement de matière. En gommant le style préalable, je propose une métamorphose, une renaissance pour ses objets.

Adeline Besançon / PRÉSENTOIR
Concernée par le contexte économique et les questions d’éthique environnementale actuelles, je m’intéresse au concept «Cradle to Cradle» visant à produire intelligemment en tenant compte du devenir des matériaux. Plutôt que de finir par condamner l’objet, cette démarche mimétique du cycle de la vie l’inscrit dans la durabiité. Pourquoi les tiroirs ne serviraient-t-il qu’à ranger ? Devraient-ils toujours combler un espace ? Ou ne pour- raient-ils pas se suffire à eux même? Il s’agit ici de re questionner l’élément tiroir, ses usages et l’espace qu’il occupe. Partant de la volonté de délimiter des emplacements de ventes, tout en voulant valoriser certaines pièces, j’ai créer un module ajustable permettant de mettre en évidence chaussures, livres ou éléments de vaisselles.

Mélanie Hugo / Maillots modèles
L’aménagement des points de vente, sous l’influence des boutiques traditionnelles, est un point positif pour la clientèle d’Emmaüs. Mon projet s’est concentré au rayon vestimentaire avec la création de mannequins servant à présenter le textile. Ces derniers ont été fabriqués à partir de tee-shirts récupérés dans les points de vente Emmaüs puis solidifiés grâce à de l’eau et du sucre. Leur taille allant du S au XXL,mon intention est également de questionner le culte de la taille 36 en mettant en avant la diversité de chaque individu.

GRIES-BRAUN Clément / play
Ma proposition pour ce partenariat est de reprendre des meubles cassés, auxquels il manque des pieds, un morceau de table, des trous, des fissures et de les revisiter avec des objets insolites. Il s’agit de remettre en question la nature de l’objet, de souligner son handicap à travers l’ajout de matériaux volontairement incongru.

Yide Fan / objet recomposé
J’ai trouvé à Emmaüs Forbach des pièce d’électroménager, (robot, mixeur ...etc ). Comme toutes ces machines ont des systèmes mécaniques similaires, j’ai créé une gamme où chaque organe assemblé avec d’autre peut recomposer un nouvel objet. En isolant ces objets en parties distinctes, çela me permet de multiplier les fonctions et de faciliter le changement ou la réparation d’une pièce défectueuse.

Gabriel Baroukh / Bim boum
J’ai travaillé sur la fabrication d’ instruments à vent à partir des pieds de certains meubles. Ces morceaux de bois sont le plus souvent ouvragés, bien secs et d’essences intéressantes. J’ai ensuite travaillé avec des pieds de chaise en métal, des morceaux de séchoir à linge, etc... le tout tend vers une démarche de réappropriation de l’instrument de musique fabriqué maison.

Victoria Rudi / Fabriquer à Emmaüs
Ouvert aux compagnons d ’Emmaüs, mais aussi aux créateurs amateurs ou professionnels, ce projet est une expérience économique et sociale qui met en valeur la société Emmaüs, la matière première issue de la déchèterie et les nouvelles approches pour produire autrement.
Il propose un outil en ligne qui permet de personnaliser et de créer des objets sur mesure.


//////////////////////////
///////////////////////////////////////////////////////////////////

Contact :

CASTEL COUCOU

20 rue Sainte Croix

57600 Forbach

+ 33 (0)7 61 41 06 06

castelcoucou@gmail.com

Repost 0
Published by castelcoucou
commenter cet article
24 juin 2013 1 24 /06 /juin /2013 14:06

local-castel-rue-sainte-croix.jpg

 

Adresse :

20 rue Sainte Croix 

57600 Forbach

 

Actuellement, le local n'est pas encore en service car il faut réaliser quelques travaux avant de pouvoir l'ouvrir au public! Cependant, pour les bricoleurs, les amoureux de la peinture murale... n'hésitez pas à nous faire signe car tout le monde est le bienvenu pour réaliser clinklinkes travaux ensemble!! Vous pouvez nous contacter au 07 61 41 06 06! Merci d'avance!

Repost 0
Published by castelcoucou
commenter cet article
17 mai 2013 5 17 /05 /mai /2013 11:11

Forbach // Sarrebruck

Castel Coucou // Saarländische Filmbüro

JONATHAN RESCIGNO // MAX GRAU

Vidéo sensuelle // Performance romantique

 

visuel-avant-une-nuit.jpg

Pour un premier partenariat avec le Saarländische Filmbüro dans le cadre de la “Grande Région en Images”, le castel coucou vous invite à découvrir les oeuvres de deux jeunes artistes français et allemand, mardi 21 maiaux Coulisses (Forbach). )

Pour cette occasion, Max Grau réalisera une performance intitulée “Max Grau does Jan Erbelling 99 lovesongs”où il nous fera vivre/entendre des chansons d'amour sous la direction de son ami Jan Erbelling. 

Jonathan Rescigno présentera “Glory Hole”, une vidéo qui aborde la question du rapport charnel et spirituel qu'entretenaient souvent certains mineurs avec le charbon et le fer.

Cette soirée transfrontalière est aussi une avant première de l'évènement “Une Nuit/Eine Nacht” qui aura lieu au mois de septembre car avant d'investir les chambres ce sont les espaces des communs (hall et bar) qui seront mis à l'honneur au cours de cette soirée.

Nous nous ferons donc un réel plaisir de vous recevoir lors de cet évènenement “Avant une nuit”...

INFORMATIONS COMPLEMENTAIRES :

> Les Coulisses à Forbach / Bar, restaurant
50 avenue Saint Rémy / 57 600 FORBACH
> La Grande Région en Images / Saarländische Filmbüro

> Max Grau does Jan Erbeling 99 lovesongs / Max Grau 

"Pour la première fois je jouerais une reprise de «99 Lovesongs» de Jan Erbelding a Forbach.

Et pour la première fois cette chanson sera jouée en France.

Erbelding – un ami artiste de Munich – a collectionné à son goût les quatre-vingt-dix-neuf lignes les plus émouvantes de chansons d'amour connues.

Je les réciterais au public.

Jan m'indiquera précisément de quelle façon la performance devra se dérouler. 

Une sorte dedoublesampling qui brouilleras le rôle d’interprète et d'auteur.

La question se posera : qui adore qui ? Et surtout combien ?

Roland Barthes dit : « Je-t'aime n'est pas une phrase : ces mots ne transmettent pas de sens »

Je tenterais de l’exprimer."

www.max-grau.de

 

 

> Glory Hole / Jonathan Rescigno

10' - 2007 - Super8 - 4:3 - Stéréo.

Des dizaines, des centaines, des milliers... de mineurs sortent de la cage pour gagner leur poste au fond de la mine. En avant, en arrière; ils montent, redescendent,... 

GLORY HOLE aborde la question du rapport charnel et spirituel qu'entretenaient souvent certains mineurs avec le charbon ou le fer. En Moselle, de nombreuses galeries portent des prénoms de femmes et beaucoup de  mineurs parlaient de “leur galerie” comme d’une entité leur appartenant.

La précision de leurs gestes, l'attention spécifique portée à cet environnement particulièrement hostile et obscur, la préparation minutieuse de leurs instruments, la mise en place soigneuse des explosifs, etc. sont autant de gestes qui se transforment dans GLORY HOLE en un rituel symbolique et érotique. Tous ces gestes répétitifs composent ainsi une de parade cérémonielle à l'intérieur des veines des galeries.

GLORY HOLE est également une évocation de la place de l'Homme dans l'Univers, entre profondeur terrestre et abysse sidérale.

GLORY HOLE est un Found footage (technique de création à partir d'un autre film récupéré) réalisé à partir d'un documentaire Super 8 tourné en Lorraine et que j’ai retrouvé vingt ans après sa réalisation. À partir des images de ce document unique que j’utilise comme matière, je recrée un nouveau récit autour de la figure du mineur et de son travail. Tout à coup, les allers et venues dans les galeries, l'entrée dans les cages, les remontées en ascenseurs, la préparation des explosifs ou encore le retour à la surface sont autant de gestes quotidiens qui se transforment en une chorégraphie visuelle et musicale. 

www.rescigno.fr

 

Pour plus de renseignements :

+ 33 07 61 41 06 06

castelcoucou@gmail.com

Repost 0
Published by castelcoucou
commenter cet article
21 février 2013 4 21 /02 /février /2013 17:21

visuel-le-castel-change-de-nid.jpg

 

Le castel coucou change une fois encore de nid, c'est l'occasion de retracer les événements 

qui ont eu lieu dans les locaux, au 60 avenue Saint Rémy à Forbach.


Depuis cinq ans, à travers la vitrine de son local, ouvert vers la ville de Forbach et vers le public, 

les artistes ont su apporter une dimension artistique à l'avenue Saint Rémy 

permettant ainsi de nombreuses rencontres et des moments de partage.

 

Pour clôturer la belle aventure collective et artistique vécue en ces lieux, 

les artistes, les partenaires et le public sont mis à l'honneur par 

un évènement qui laisse place aux échanges humains, 

pour redécouvrir les expositions d'un autre point de vue, 

à travers des souvenirs, des anecdotes, des photographies...


 

Nous avons le plaisir de vous inviter le samedi 9 mars 2013 à partir de 19h

pour vivre ensemble ce dernier événement qui marque la fin d'une étape

 pour l'espace d'art contemporain castel coucou, 

mais aussi les prémices d'une nouvelle aventure.


 


Repost 0
Published by castelcoucou
commenter cet article
13 décembre 2012 4 13 /12 /décembre /2012 18:22

VISUEL-NOEL-2013.jpg

En partenariat avec l’association EMMAÜS Forbach pour leur 30 ans / Le Centre International d’Art Verrier de Meisenthal / le progamme «Noël de Moselle» du Conseil Général de Moselle /

la Ville de Forbach / L’association du Pain du Coeur

 

PROGRAMME :

 >> CASTEL BALL

 Du 8 au 22 décembre 

 >>INTROSPECTION

 Du Jeudi au Samedi de 15h à 18h30 + sur RDV17h : Vernissage le 8 décembre

 16 h : Vernissage du CIAV à l’Office de tourisme de Forbach

18h : Vernissage à la Médiathèque de Forbach 

Du 8 au 22 décembre, le public est invité à voter pour son oeuvre coup de coeur au Castel Coucou

 >> RESIDENCE D’ARTISTES Du 8 au 22 décembre 

 Du mercredi au vendredi de 14h à 18h + weekend du 8 et 9 décembre

 >> ATELIERS LES PETITS COUCOUSLes 12 et 19 décembre de 15h à 17hOuverts à tous et gratuits

 >> APRES MIDI DES ENFANTSLe 12 et 19 décembre de 15h à 17hOuverts à tous et gratuits

 >> Réalisation de tee shirtsLe 15 décembre

 Avec l’association «Pain du coeur» une soixantaine d’enfants participeront à une chorale. Pour harmoniser leur tenue vestimentaire, une commande a été faite pour réaliser des tee shirts. Pour cela, un atelier art plastique avec les enfants du centre de la Petite Enfance a été mis en place pour qu’ils réalisent des dessins pour composer un visuel sérigraphié sur les tee shirts par la Fensch Connec- tion.

 >> L’APRES MIDI DES PETITS COUCOUSLe 22 décembre de 14h à 18h

 

Le castel coucou vous invite

 au vernissage samedi 8 décembre à 17h

des expositions

CASTEL BALL 

Morgane Bodart / Delphine Forestier / Ga‘lle Dodain / Pierre-Yves Freund / Sophie Goullieux / Anna Kautenberg / Leslie L Lhussiez / Lucille Matter / Anne Emilie Philippe / Gilles Oleksiuk / Louise Pressager / Rams€ / 4.4 design (Serge Schielin)

 

INTROSPECTION

Installation sonore de Stefania Bechaenu

 

Et des événements de FranЌois Billault / Noel Varoqui / Julie Stein / Voodoo Clan

 

 

Suite à l’appel à projet qui proposait aux artistes de revisiter et d’apporter une touche de magie à l’objet “ boule de noël”, 11 artistes ont été sélectionnés. Les oeuvres exposées réinventent et questionnent l’objet traditionnel que représente la boule de noël d’une manière artistique et contemporaine. En effet, la boule de noël est riche de sens et cet appel à projet fut donc l’occasion pour les artistes de lui apporter une dimension nouvelle à la fois esthétique, poétique et symbolique. Les oeuvres sélectionnées font appel à divers médiums, permettant ainsi de montrer la richesse de création des artistes contemporains. 

 

Morgane BODART

Tout ce que vous ne voulez pas savoir à Noël

Bodart Morgane est actuellement en première année à l’Ecole Supérieure d’Art de Metz. Originaire d’Or- léans, après avoir réalisée une prépa à Paris, elle décide d’intégrer une école supérieure d’art dans l’Est de la France. Son travail est marqué par un intérêt sur l’intérieur/extérieur, l’utilisation d’objets à des fins différentes, la question du troisième genre.. A travers ces thématiques, ce qui intéresse Morgane Bodart, c’est la confron- tation des univers...

Tout ce que vous ne voulez pas savoir à Noël prend le parti de laisser à la boule de noël sa forme traditionnelle, antique, pour s’emparer de son sens. Que cache la boule de Noël ?

7 boules dans lesquelles se reflètent 7 mots de notre actualité d’aujourd’hui, d’hier, et de demain encore; 7 mots qui peuvent pro- voquer la plus vive des polémiques, 7 mots, enfin, qui peuvent être le reflet de notre société.

Adieu la candeur de Noël, voilà ce qui se cache derrière le sapin.

 

Gaëlle DODAIN

Vous êtes ICI

Née à Nice en 1984, je vis et travaille aujourd’hui à Paris. Diplômée de l’École Supérieure d’Arts Plastiques et de Scénographie de Monaco, je mène un travail d’artiste plasticienne, et m’intéresse à la notion double de « point de vue », notion à la fois physique (une situation géographique, la place de l’observateur) autant qu’intellectuelle (une manière de considérer les choses). Mon travail est montré lors de différentes expositions, notamment à la Triennale d’art contemporain de Luxembourg en 2010, ou lors de l’exposition Fragments de Voyages Immobiles, organisée par le FRAC Lorraine en 2012. Parallèlement, comme scénographe, je travaille dans un premier temps au sein de l’agence NC Nathalie Crinière avant de débuter une activité en tant qu’indépendante sur des projets d’expositions permanentes et temporaires pour le compte de grandes institutions culturelles. Mes diverses expériences ont nourri davantage encore mon intérêt pour la transversalité entre architecture, scénographie et art. L’ensemble de ces différentes approches me permet de changer souvent d’échelle, de lieu, de sujet et de champ. Ceci de manière pluridisciplinaire, tant dans l’élaboration des concepts, que dans la réalisation pratique. Je vois le monde comme une gigantesque scénographie en plein chantier. En ce sens, je privilégie un art de contexte et de situation.

Delfine FORESTIER

Christmas day

Les boules à neige produisent des archipels dans les collections per- sonnelles improvisées d’une bibliothèque familiale et reforment ainsi d’autres géographies. C’est alors que Le Mont-Saint-Michel voisine avec le Palais Moné- gasque

L’injonction «vous êtes ici», décontextualisée des repères normés de la carte, du plan, reste valable où que l’on soit. À la fois, elle nous place comme observateur, nous indiquant notre position géographi- que. Aussi, dans cette pièce, elle nous comprend dans l’espace clos de la sphère.

Nous sommes partout et nulle part à la fois, nous sommes ici.

Originaire de Lorraine, Delfine FORESTIER a suivi un cursus artistique à l’université Paul Verlaine de Metz puis a suivi une formaton de photographie dans le studio de Ludovic Florent. Actuellement, elle réalise un travail photographique sur le corps par projection d’image, le faisant ainsi peu à peu disparaître. Cet appel à projet a été l’occasion d’exploiter une nouvelle thématique enrichissant aiinsi sa démarche artistique.

Ce tryptique présente quatre visions différentes d’une boule de noël unique. L’action simple (le fait d’acheter la boule en verre et de trans- vider les objets multiples à l’intérieur) est un premier geste en vue de personnaliser un environnement. Cet objet est détourné : les pri- ses de vues, la lumière et la retouche photographique permettent de montrer des conceptions différentes de cette nature morte.

www.gaelledodain.com

Pierre-Yves FREUND

Sans titre

Quelque chose s’est passé là, ce n’a pas toujours été ainsi, ce qui se voit n’est qu’un instant entre avoir été et devenir. C’est en route et cependant inéluctablement immobile. Prendre le temps, regarder, cela va peut être se fissurer, s’ouvrir, respirer. Se voiler, s’effacer. Cela répond au lieu, à son histoire, aux murs, ce n’est encore pas bien fini, cela porte les traces de la ma- tière, le souvenir d’une pierre ramassée lors d’une marche.

Une petite pierre de rien, multiplié par moulage chaque matin, ou presque, un geste qui rassure, être là encore un peu. Troisième lecture de ‘Lauzes’. Fer, métal, vidéo, thé pour les matières, formes simples pour la forme, souvenir de tentative d’équilibre, ‘tenir debout’ nommait Françoise, un cheminement, aller vers, creuser la terre.

Chaque pièce contient son devenir en son élaboration ; de petits parallélépipèdes de plâtre clos contien- nent chacun un halogène puissant. Cela craque, se fend, s’ouvre ; la lumière s’éteint, cela se repose, la fissure se ferme, nous pouvons recommencer, cela respire, ‘Quelque chose’. Passer un long moment à emplir les volumes de fer de thé noir. Avec le temps, le thé s’évapore, et ce qui fut recouvert réapparaît, c’est ‘Presque’ équilibré, ‘Presque’ bien fait. Trois se répondent.

Un contenant, un contenu, quelque chose se révèle avec le temps, se répète, petits riens recommencés, qui peuvent surprendre sans hâte. Ou échouer. Devenirs où l’effondrement a sa place. Tout est presque immobile, rien ne bouge vraiment, rien n’est figé, tu détournes un instant le regard et cela a bougé, tu peut être.

Tu fixes, rien ne se passe. Un temps, «c’est ainsi», ce n’est pas rien, c’est en route, c’est fini. Recommencer plus tard, ailleurs, jamais cela ne sera pareil. La mise en place répond à l’espace ; l’espace induit la mise en situation, en écho.

Beaucoup ici est regard d’un espace vers un autre, ouverture ; mais à trop vouloir dire, la tautologie tue le propos, restent silence et mémoire. Demeure la possibilité d’être ailleurs. Le non silence de l’absent. C’est ainsi. C’est rien

Sophie GOULLIEUX Providence decorum, 2011-2012, Beauvais «Mon travail peut s’interpréter comme une interrogation sur la façon dont nous nous concevons comme «sujets» aujourd’hui, la place de l’expérience personnelle et du lien social dans un environnement de plus en plus soumis à la dictature de l’image. M’inspirant de l’industrie du divertissement et de la consommation, qui nous propose constamment de nous projeter dans un avenir meilleur, je traite de leurs promesses, souvent proches du vocabulaire de la religiosité et de son imagerie populaire, et s’avérant souvent tout aussi factices et illusoires. L’ensemble de mes recherches interroge le rôle des croyances dans la construction de l’identité personnelle ou collec- tive.

Inspirés des objets-bibelots trônant dans les salons du XIXème siè- cle (époque de l’essor de la prolifération de l’image photographique), médaillons, dômes et boules de neige, tous en verre à l’origine, sont ici opacifiés par la porcelaine, rendus brillants et hermétiques par un émail crémeux, imperméable. Ils sont cerclés de cadres, de bor- dures, ou en forme bombées, fermés sur eux-même. Uniques ils se rassemblent, se ressemblent dans l’espace aseptisé de l’exposition. Les «monuments individuels», pavillons familiaux, évoquent des ter- ritoires de vie, des conquêtes, des emprunts à long terme, des dé- pendances, des rêves. La cité devient maquette précieuse et fragile, forteresse et jouet. Dépersonnalisant l’individu, elle demeure un la- byrinthe sans début ni fin, où les dômes englobent des vies comme une chape.

www.pyfreund.net/

Anna Kautenburger

Sans titre

Leslie L.Lhussiez

2013,

Anna Kautenberg propose le projet Dix bouts de papiers franco-allemands dans lequel elle compose des mots en français et en allemand à partir des lettres comprises dans les mots «boule de

Leslie Lhussiez aime disséquer les morales et cuisiner les habitudes, elle fuit les modes, les codes, les voies à sens unique, et joue avec ses propres règles, celles qu’elle s’impose ou celles qui la conduisent à expérimenter plutôt que d’affirmer quoi que ce soit . Son terrain de jeu est celui de tous, la vie, la passion, la mort... Mais le jeu qu’elle invente n’appartient qu’à elle. Il se fonde sur l’exploration des mythologies personnelles et se développe sur un axe anthropologique, explorant tour à tour ce qui tient de l’héritage reçu (la culture, les liens transgénérationnels) et ce qui tient de la trace laissée (ombres, reflets, empreintes, odeurs, échos...) : Leslie Lhussiez sème des traces mémoriel- les et recherche des résonances intuitives fa- milières, permettant de mêler intimité personnelle et collective. Elle aime tourner en dérision, rendre léger ce qui pèse. L’enfance n’est jamais très loin et l’onirique se mêle à l’ironique. En résultent des œuvres espiè- gles, intimes et délicieusement buissonnières.

Quel que soit le projet, le support, le résultat, Leslie cherche à faire des choix conscients, à épurer son discours sans l’appauvrir, à élaguer tout ce qui ne lui appartient pas pour obtenir une vérité personnelle. Un cheminement artistique, où ce qu’elle fait doit résonner à l’intérieur comme dans un édifice consacré.

Le lien, tout est dans le lien... 2013 est inspirée des boules de sorcière. Ces objets en verre se sus- pendaient devant les fenêtres et sur les poutres des maisons pour protèger des esprits malins: ils restaient emprisonnés à l’interieur de la boule. On dit qu’elles sont l’ancêtre de la boule de noël. 2013, année symbolique, leur offre la possibilité de refaire surface pour délivrer leur message, ha ha ha ha (rires caverneux). Elle revien- nent aujourd’hui du passé pour remplacer le symbole consumieriste de la boule de noël par le rêve poétique du lien et du contact. Photo prise par François Golfier.

Le lien, le fil interieur, le cordon qui fait se toucher... Le plein et le vide (pensée / matiere poétique / politique tradition / innovation orient / occident art / artisanat) L’Histoire et les histoi- res... Boule de sorcière: bulle de verre physique reliée à son monde interieur. Lorque le verre est encore chaud et malléable, il arrive que les paroies se rencontrent. Alors la connection établie entre l’interieur et l’exterieur devient immuable. La peau de verre est regonflée, laissant apparaitre le résultat de sa propre unité: un lien, fragile et intouchable.

Lucile Matter

Typo gourmande

Ma démarche se caractérise par le besoin d’échanger et d’interactions relationnelles. Le public donne vie à l’oeuvre, c’est par la cohabitation de l’auteur et du public que le projet s’active. Ma pratique plastique et théorique se concentre sur les notions de « langage et nourriture ». J’associe ces deux notions comme incitation à la communication. La nour- riture engage une relation intime par son ab- sorption et sa dimension affective, elle devient l’objet de partage.

Anne Emilie Philippe

Boule de Pandore

J’entreprends la création d’une typographie gourmande. Je m’ins- pire de l’esthétique franco-allemande, et réin- terprète un caractère typographique gothique dit « Frak- tur», le «Wittenberger fraktur». Une typographie biscuitée, qui comme à l’origine se suspend au sapin de Noël. Une «boule» de Noël qui se partage et se déguste. J’invite le public à confec- tionner des mots, à partager et échan- ger ces lettres. Le caractère éphémère du projet convie petits et grands à déguster les biscuits, à ravir les palais et les esprits. Tout comme l’instant de Noël, c’est dans la mémoire collective que le projet s’inscrit.

http://www.anem.name

Anne-Émilie Philippe est une jeune artiste, membre active de l’Ergastule à Nancy, atelier collectif spécialisé dans l’édition de multiples. Après des études de géologie à l’Université, elle a suivi son cursus à l’École supérieure d’art d’Épinal et de Nancy avant de s’envoler pour le Québec quelques mois. Elle a complété sa formation en suivant le cursus taille-douce du master gravure au CIEC à Betanzos en Espagne.

Elle a notamment travaillé comme illustratrice-scénographe pour le musée de l’image à Épinal. De l’image à l’objet, elle expérimente divers médiums (sérigraphie, papiers collés, dessin, moulage...) dans sa pratique artistique.

La boule de Noël est née d’un manque, d’une pénurie. Il n’y avait pas eu de fruits (traditionnellement on en accrochait à l’arbre de Noël) l’année où elles furent inventées par un souffleur de verre alsacien. Reprenant cette idée de manque, j’ai imaginé une sorte de livre-cube en papier dans lequel vient s’inscrire une boule. Cette boule existe en creux seulement lorsqu’il est fermé. Dès lors qu’on ouvre le cube, la boule n’est plus.

Gilles Oleksiuk

Reviste la «boule de noël»

Portrait de l’artiste en white zoulou Il y a une composante «zoulou blanc» tout à fait frappante dans le physique de ce jeune artiste au look d’éternel post-adolescent qu’est Gilles Oleksiuk. Ses joues sont rondes et ses pommettes hautes rappel- lent celles d’un charmant zéphyr. Son regard lui, reste à la fois hagard, captivé. Ressemblance, dont un bon coup de make up ébène sur le visage fournirait la plus magistrale démonstration. L’artisanat non-fonctionnel du Zoulou pop Si le travail de sculpteur de G.O. qui se développe à partir de la nature moderne, en s’appropriât déchets et détritus savamment choisis, des déchetteries de luxe de Menpenti aux bennes en bas de chez lui, l’inscrit indéniablement dans la filiation Nouveaux réalistes, artistes qui se montrèrent, de façon pionnière, avec les surréalistes sans doute, sensibles à la beauté du dérisoire, à aucun moment, la démarche de l’artiste ne cadre parfaitement avec les différentes postures des poulains de Pierre Restany.

Je revisite la boule de nom du IXX ème siècle par une pirouette sécu- laire qui nous ramène aux origines de la décoration des sapins avec des fleurs et des fruits au XVI ème siècle, avant la terrible sécheresse de 1858 qui priva le nord-est de la France de ses denrées décorati- ves pour donner vie à la tradition des boules de verre soufflées. Gardant dans un coin de l’esprit les problèmes de l’évolution so- cio-économique contemporaine, comme la réduction des déchets et de la consommation énergétique et le manque de place dans nos espaces de vie, mon projet part du postulat que les plus innovations tendant vers la décroissance par le réemploi de petits riens de la vie courante, en l’occurrence, une rafle de raisin.

Louise Pressager

Noel dans l’ancien testament

Noel dans l’ancien testament, est un ensemble de deux dessins au trait qui questionnent la constitution des rites sociaux en apportant une explication très personnelle à la tradition chré- tienne d’orner chaque année un sapin de boules et de guirlandes. Il s’agit d’une tentative de reconnecter une fête de plus en plus païenne avec sa signification religieuse, mais d’une manière assez libre. Cette réinterprétation fantaisiste crée une confusion entre Ancien et Nouveau Testament, puisqu’elle lie l’origine de Noël à la première partie de la Bible, alors que Noël célèbre en réalité la naissance d’un personnage qui n’apparaît que dans la seconde.

«Réinterprétation fantaisiste», c’est ce que je croyais, jusqu’à ce que, après avoir réalisé mes dessins, j’effectue des recherches plus ap- profondies. (...) Le détournement ainsi opéré a pour résultat d’introduire des réfé- rences au péché et à la sexualité dans une iconographie de Noël traditionnellement placée sous le signe de l’innocence enfantine, in- nocente traduite dans mon travail par la naïveté et la maladresse du trait.

http://gilles-oleksiuk.over-blog.com/

4.4 design (Serge Schielin)

DUPLX

Serge Schielin est né en France près de Bâle en Suisse. Enfant, il rêve d’Afrique, de nature, de grands es- paces, de lions et de la voiture de Daktari. Adolescent, il est addict aux sports collectifs, il invente et construit des jeux de société, il développe sa pratique de la photographie. Géographe de formation, de Claude LEVI- STRAUSS, éthnologue, il retient «le savant n’est pas celui qui donne les réponses mais celui qui pose les bonnes questions». Du monde de l’entreprise, il garde le leadership et le goût d’entreprendre.

Designer et plasticien autodidacte, chaque jour le monde l’interroge et il interroge le monde à la lumière de ses créations*. Passionné d’art contemporain et de design d’auteur, libre et conceptuel, Serge Schielin porte actuellement en collaboration un observatoire art & design au sein duquel il est président et commissaire d’exposition. Dans ce cadre-là mais pas uniquement, il est également médiateur en art & design et intervient dans l’ani- mation d’ateliers de création à destination de différents publics.

Ramsà

Ca bulle là-haut

En cohérence avec ma pratique de designer et de plasticien intégrant les éléments suivants : - détournement des objets du quotidien prin- cipalement produits en masse, - modularité, - jeux (parmi lesquels le duplo – voir portfolio Lampe Duplight), j’ai décidé de créer DUPLX, la boule de Noël en duplo de couleur unie, et ce, notamment pour insis- ter sur l’enfant placé par nos sociétés occidentales contemporaines au cœur de la féerie de Noël !

www.ramsa.fr

Ramsà n’a cessé de jouer sa propre identité, je pense en particulier à un jeu de 52 cartes au mur, qui alternait avec quelque chose qui lui est propre, des taies , des traversins et des images agrandies de sa propre peau, le titre « jouez sa peau » est quelque chose comme une carte à jouer, c’est à dire qu’on s’aperçoit que tout un réseau se met en place, le je, le jeu, le corps et par là même le je dans ce jeu de carte « jouer sa peau ». Dans ce titre, le je est au fond une donnée symbolique qui n’est pas le nom du père ; on peut dire que c’est un Je choisi, un je de hasard, et pour avoir travaillé avec de nombreuses artistes femmes, Cindy Sherman, Orlan, Mariko Mori, Warhol et Duchamp étaient là en pionniers, les artistes et en particulier les artistes femmes ont plusieurs identités, ont plusieurs ego.

Je dirai que maintenant, à l’étape de l’hybridation et de mondiali- sation, tout le monde a plusieurs identités, donc un ego pluriel ; ce qui veut dire que le je de Ramsà est à inventer, à inventer sans règle, c’est-à-dire que la règle du jeu est arbitraire et à inventer, comme le choix de sa propre identité. Cette photo a été prise à Chicago où j’ai séjourné cet été, sute à un échange d’atelier d’artiste.

Le décalage a toujours été dans mon travail un concept récurrent.

 

 

Stefania Becheanu

Introspection

En huit années d’études en arts — au lycée, à la faculté et aux Beaux-Arts —, j’ai pu comprendre ce que j’aimais pratiquer et, en conséquence, trouver mon style. J’ai très vite choisi d’orienter ma démarche autour de la peinture abstraite, de m’intéresser à la composition, au geste, au mouvement, etc. Je préfère travailler à partir du ressenti, de sentiments, qui rendent mieux compte, à mon avis, de moments, d’états d’esprit, de l’intime, que les arts plus « figuratifs » comme celui du portrait simple.

Depuis mon arrivée à Metz, je profite d’une nouvelle liberté dans ma pratique pour tenter exprimer ce qui me préoccupe sans avoir à répondre à la contrainte du «beau», qui est toujours très présente en Roumanie. Mon travail actuel parle de problématiques personnelles, mais de façon plus générale. Les questions de l’âme, de l’identité, des influences, de l’expression libre, du cri, du silence, parfois de la politique, sont au coeur de ma démar- che artistique. Après avoir traiter de thèmes comme la pluie, le parapluie et l’éléphant à travers ma peinture, j’expéri- mente aujourd’hui aussi une autre façon de m’exprimer : l’installation et la performance.

Au début je me suis intéressée à la peinture et aux compositions abstraites, à l’expression de sensations et de sentiments, à peindre tout ce qui raconte une histoire. Ensuite j’ai utilisé des thèmes récurrents comme la pluie, le parapluie et l’éléphant. Maintenant, en France, j’ai trouvé une nouvelle façon de m’exprimer par l’art: l’installation et la performance. Le message est le même, mais me semble être transmis plus directement. Par exemple, un travail important que je fait en ce moment parle d’un espace personnel, de la compréhension de l’espace autour de nous. L’installation sonore me représente très bien, m’aide à expliquer ce que je ressens et à faire réfléchir l’auditeur. Je parle d’une « musique » de la vie, un son de la rue, de partout. Voyage Pour moi, les promenades en ville sont devenues une étape préalable à mon travail artistique. Je profite de ces pro- menades dans des lieux très différents les uns des autres pour porter toute mon attention sur des détails pour trou- ver, l’essence du lieu. Metz, en tant que lieu, possède une particularité, une essence, un caractère. Je me promène pour tenter de découvrir cette essence, ce caractère particulier qui serait propre à ce lieu en particulier. Et lorsque je voyage, je ne le fais pas comme une touriste ou comme une artiste qui veux simplement visiter des expositions ; je voyage pour connaître la vie ailleurs, pour trouver la particularité de ces endroits que je visite. Pour moi, le son de la ville représente son rythme, sa vie, son essence ; les paysages me parlent pour mon travail, de la même façon. Je me promène donc entre ville et mer, entre rues étroites et panoramas ouverts, et je fais attention aux détails, visuels et sonores, pour tenter de cerner le rythme propre à l’endroit où je me trouve. Silence La capacité de silence est la capacité d’écoute. Le bruit des voitures m’intéresse particulièrement ici parce que c’est un bruit très brut, un bruit blanc , qui ne ressemble pas beaucoup, au premier abord, au silence ; le silence est un concept très personnel ; il n’est pas le même pour tout le monde. Pour certains, le silence, c’est l’absence totale de bruit. Pour moi, par exemple, le bruit d’une voiture peut représenter le silence— c’est ainsi que je l’envisage lors de mes promenades : j’investis cet « espace sonore » comme s’il s’agissait d’un silence m’invitant à réfléchir, à porter attention à toute une foule de petits détails qui seraient uniques à l’endroit où je me trouve, qui pourraient représenter l’essence de la ville où je suis en train de me promener.

Introspection

J’ai aussi besoin, comme beaucoup de gens, du silence pour être capable de l’introspection que ce travail demande ; on a donc besoin aussi de solitude pour avoir un espace et un temps où on peux réfléchir et arriver à comprendre ou à saisir les lieux que on visite. Maintenant, je n’ai besoin de la solitude que pour questionner le silence.

«En décembre nous assistons à une agitation inévitable marquée par des rencon- tres de nouveaux bruits. Je vous invite donc à un voyage d’introspection, un voya- ge qui vous portera dans plusieurs lieux, plusieurs atmosphères et mélancolies. Je vous propose cet « espace sonore » comme s’il s’agissait d’un «silence» qui invite à réfléchir, à porter attention à toute une foule de petits détails qui seraient uniques à l’endroit où nous nous trouvons, qui pourraient représenter l’essence de la ville où nous sommes en train de nous promener.»

http://stefaniabecheanu.com/

 

RESIDENCE D’ARTISTES

Une résidence consiste à inviter des artistes dans un lieu donné en lui mettant à disposition le matériel dont ils ont besoins pour réaliser une projet. Les résidences peuvent aboutir à une exposition ou bien elles sont perçues comme des laboratoires de recherche permettant ainsi à chaque artiste d’évoluer dans sa démarche.

Cette résidence a été mise en place en partenariat avec ll’association EMMAÜS et la ville de Forbach. L’association EMMAÜS met à disposition des artistes des objets, des matériaux qui ne peuvent pas être vendus pour qu’ils soient alors retransformés par les artistes qui réaliseront des créations diverses. François Billault et Noel Varoqui en plus de leur démarche artistique picturale (illustratiton, dessins, peintures..) aiment créer des objets avec du matériel de récupération (mobilier, les supers héros..). Ils ont déjà eu l’occasion d’animer des ateliers arts plastiques ensemble mais pas d’avoir un temps pour créer. C’est pourquoi cette résidence sera l’occasion pour eux d’avancer dans leur démarche personnelle mais aussi de réaliser des pièces ensembles.

Cette résidence aura donc lieu sous le chapiteau situé sur la place du marché. Ainsi, c’est l’occasion pour le public de pouvoir assister aux différentes étapes de créations et de dialoguer avec les artistes. De plus, les artistes réaliseront des pièces de formats différents dont des petites formes, permettant ainsi au public qui le souhaite de leur acheter. C’est l’occasion d’offrir un cadeau de noël inédit tout en soutenant la création contemporaine!

François Billault

Noel Varoqui

fanfar.unblog.fr/

Le dessin de François (Fanfar) a deux aspects, l’un carré, long et fastidieux comme avec ses travaux pour le goûteur chauve et l’autre plus spontané et naturel avec le mégot. Dans les deux cas, il sait à partir d’un trait épuré, d’un bout de scotch retranscrire le monde qui nous entoure ou celui sortit de son imaginaire.

François Billault réalise ce qu’il appelle des «scotchtures». Ce des sculptures faites à base de bois, papiers, matériaux diverses et recouverts de scotch. A travers différents ate- liers, notamment l’atelier de cet été organisé dans le ca- dre du programme «Sport, Vacances, Loisirs», il a réalisé 7 sculptures en scotch de tailles réelles sur la thématique des Supers Héros. Cette exposition a rencontré un franc succès, donnant ainsi lieu à une exposition itinérante.

www.noelvaroqui.fr/

Diplômé depuis 2008 à l’Ecole Nationale Supérieure d’Art de Nancy, il a déjà plusieurs expositions à son actif, telle que sa participation à l’exposition collective « Une Nuit / Eine Nacht » à l’hôtel de la Poste de Forbach en 2009. Actuellement, il ré- partit son temps entre des commandes, des ateliers pour les enfants et sa propre création artistique. « Toutes mes peintures sont des natures mortes : un apparent désordre; un déséqui- libre dans la composition; l’instabilité; le hasard dans les for- mes du modèle; le fragile, l’éphémère du sujet que je côtoie au quotidien. Rendre visible le banal que les objets deviennent peinture. »

A l’occasion de son exposition Post Mortem au castel coucou, Noel Varoqui a présenté le mobilier qu’il a réalisé à base de palettes. Noel Varoqui souhaite développer ce mobilier , en réalisant de nouvelles pièces où un jeu de tissu permettrait de restituer sa recherche du pli.


ATELIERS LES PETITS COUCOUS & APRES MIDI DES ENFANTS

Chaque mercredi, les ateliers « les petits coucous » seront délocalisés place du marché, ouverts à tous et gratuits. Ils sont encadrés par Julie Stein, artiste messine, spécialisée dans l’illustration et notamment pour les enfants, elle invitera les enfants à créer autour de la thématique de la boule de Noël.

Après-midi pour les enfants avec des ateliers arts plastiques place du marché pour accueillir les enfants roumains. Plusieurs artistes seront présents pour animer ces ateliers.. En effet, Julie Stein qui anime les ateliers «Les petits coucous», Noel Varoqui et François Billault pour qui cette journée clôturera leur résidence, Stefania Bechaenu sera aussi présente ce qui est une réelle chance autant au niveau artiste que pour le dialogue qui sera possible pour les enfants roumains. De plus, le voodoo Clan viendra rajouter une touche supplémentaire à toutes ces créations par un atelier de jonglage et de sérigraphie!

Remise de prix de l’artiste lauréat ainsi que pour la classe ou du groupes qui aura réalisé les plus belles boules.

Julie Stein

www.juliestein.fr/

Après avoir réalisée son cursus à l’Ecole Supérieure d’Art de Metz, Julie Stein a développé une esthétique très poétique nourrie par son imaginaire et sa retranscription du monde qui l’entoure. Sa démarche artistique l’a conduit à réaliser de nombreuses éditions de ce fait elle est régulièrement invitée à des salons. Julie Stein exploite l’édition sous toutes ses formes, autant au niveau du format, que de la technique qu’à travers les nombreuses thématiques qu’elle aborde. Son style l’a très souvent conduit à s’adresser à un public de jeunes autant à travers ses productions que par les nombreux ateliers qu’elle encadre. Sa nature douce et ludique lui ont permis de sensibiliser de nombreux enfants et de les amener à développer leur propre style. En parallèle, ses dessins, peintures, sérigraphies emprunts d’une certaine naïveté au premier regard, s’adressent tout autant aux adultes qu’aux enfants par la profondeur don- née par son travail de la couleur, du papier, et de la composition. Ainsi, tout public sachant prendre le temps de s’arrêter sur ses créations y trouvera un écho et se retrouvera transporté par son univers qui s’avère être aussi un miroir de nous même.

Voodoo Clan

Les ateliers de Julie Stein avec les enfants consistent à les amener dans un premier temps à réaliser un travail sur le trait, la forme. Comprendre comment se constitue un dessin, et comment un ar- tiste illustrateur le conçoit pour ensuite pouvoir y faire intervenir la couleur. Une fois que cette première étape a été assimilé par les enfants, Julie leur a fait réaliser à travers des projets différents, tels que des cartes pop up, un travail sur la couleur et sur les dif- férentes manières de l’appréhender à travers la technique et des médiums différents.

http://3615voodoo.com/voodoo-clan

Voodoo&Cow est un collectif frénétique qui s’excite et réfléchit, ne sachant jamais ce qu’il fait mais essayant de toujours savoir ce qui se passe. On crée par nécessité, passion, frénésie et (parfois) simplement par envie.

La cellule de création autonome est mise en culture en 2008 et ne cesse de se fortifier au contact des nouvelles techniques expéri- mentées par le groupe. Au fur et à mesure, l’association s’organise, anticipe l’improvisation et s’arrange pour faire en masse ce qui est (im)possible de faire seul.

On zone (un peu), on travaille (trop) tard, tôt, le dimanche, on finira par se crever à la tâche et c’est tant mieux. Toujours en quête de nouvelles activités à développer pour atteindre notre ultime objectif : ne pas en avoir.

Le reste ne vous regarde pas.

 


 

 

REMERCIEMENTS :


60 avenue Saint Remy/ 57600 Forbach + 33 (0)7 61 41 06 06 castelcoucou@gmail.com www

 

 

Repost 0
Published by castelcoucou
commenter cet article
21 novembre 2012 3 21 /11 /novembre /2012 13:23

visuel-magnet-appel-a-projet.jpg

Depuis 2008, le Castel Coucou, espace d’art contemporain basé à Forbach, et Le Carreau – Scène Nationale de Forbach et de l’Est mosellan réalisent des projets communs. Dès qu’il est possible de créer un pont entre les arts vivants et les arts visuels, ces deux structures tentent de proposer de nouvelles formes, telles que l’évènement « Une Nuit / Eine Nacht ».

 

A travers de nombreuses coopérations dans le cadre du Festival franco-allemand des arts de la scène perspectives, le Carreau, scènationale de Forbach et de l’Est Mosellan et la Fondation pour la coopération culturelle franco-allemande sont également des partenaires de longue date. Fortes de ces expériences communes, les deux structures mettent en œuvre du projet transfrontalier ArtBrücken jusqu’en 2014. 

 

En coopération avec le Castel Coucou, cet appel à projets intitulé MAGNET est une des initiatives mises en place dans le cadre du projet ArtBrücken.  

 

ArtBrџckenК: projet de coopération transfrontalière 2011-2014

Le projet ArtBrücken fait partie du programme européen « INTERREG IV A Grande Région », qui vise à renforcer la coopération transfrontalière par la réalisation de projets locaux et régionaux entre opérateurs issus des territoires qui composent la Grande Région.

 

Le Carreau – Scène Nationale de Forbach et de l’Est mosellan et la Fondation pour la coopération culturelle franco-allemande se sont rapprochés afin de présenter un projet de coopération transfrontalière dans le cadre du programme INTERREG IV-A Grande Région. En s’appuyant sur un certain nombre de constats, les deux structures partenaires ont développé des réponses capables de réduire les freins aux échanges culturels et artistiques dans la métropole transfrontalière de l’Eurodistrict SaarMoselle.

 

Les deux structures partenaires du projet ArtBrücken travaillent dans le domaine du spectacle vivant sur des territoires et avec des publics divers poursuivant des missions complémentaires. Une coopération plus intense menant à la création de nouveaux temps forts et au développement des actions existantes renforcera l’activité commune de ces structures et entraînera de nombreux partenaires dans leur sillage. 

 

ArtBrücken est un projet s’articulant sur une base de trois axes de développement et d’innovation : 

- la circulation des publics

- la circulation des artistes et des œuvres

- la coopération des professionnels de la culture et des arts

 

Depuis 2011 et durant les trois années du projet, Le Carreau – Scène Nationale de Forbach et de l’Est mosellan et la Fondation pour la coopération culturelle franco-allemande, accompagnés de plusieurs autres partenaires locaux et régionaux, développent des passerelles entre les publics, les artistes et les professionnels dans le cadre de manifestations artistiques et culturels sur ce territoire transfrontalier. 

www.stiftung-dfkultur.org/artbruecken

 

PRESENTATION DES PARTENAIRES

CASTEL COUCOU, espace d’art contemporain

L’Association Œil a été créée au Lycée Jean Moulin de Forbach, dans le Bassin Houiller de Lorraine, à l’initiative du professeur d’arts plastiques Théo Wolters. Ce fut la première galerie en France à être implantée en milieu scolaire et destinée à la découverte de l’art contemporain.

Devenue Castel Coucou il y a une dizaine d’années, l’association s’est dotée de locaux au sein de la ville de Forbach, regroupant d’une part, le siège administratif et d’autre part, un lieu d’exposition et de rencontres culturelles.

Depuis sa création, Castel Coucou organise des expositions et des événements dits «hors les murs» en veillant à instaurer une réelle proximité avec les artistes et le public. A travers ses activités, son intérêt et son engagement pour l’art contemporain, l’association prend très à coeur son rôle d’acteur culturel, non seulement par son statut d’intermédiaire proposant des rencontres artistes⁄public sur son lieu d’exposition, mais aussi en restant elle-même étroitement en contact avec la scène artistique régionale, dans une volonté de s’inscrire dans une dynamique de coopération transfrontalière et de participer pleinement à l’essor d’une Grande Région de l’art contemporain.

www.castelcoucou.fr

Le Carreau - Scène Nationale de Forbach et de l’Est mosellan

Le Carreau - Scène Nationale de Forbach et de l’Est mosellan est une association à but non lucratif (droit local) présidée par M. Michel Kraus. Le Carreau est né en 1996 de la volonté de créer une structure culturelle dans une région très pauvre en infrastructures de cet ordre. Il est subventionné par l’Etat via la Direction Régionale des Affaires Culturelles, par la Ville de Forbach, le Syndicat Intercommunal du Bassin Houiller et le Conseil Régional de Lorraine.

Le Carreau fait partie du réseau des scènes nationales, un réseau de 70 théâtres porteurs d’un label attribué par le Ministre de la Culture pour des structures répondant à un vaste projet culturel et à une volonté de décentralisation.

En tant que scène nationale, le Carreau est soumis à la charte des missions de service public du spectacle (1998). Cette charte réaffirme les responsabilités des scènes nationales : diffuser la création contemporaine, respecter le principe de pluridisciplinarité artistique, et favoriser les partenariats avec les autres structures culturelles de proximité afin d’offrir au territoire une offre culturelle complète et développée et de participer à l’éducation culturelle de la population.

Depuis sa création, le Carreau s’affirme, notamment par sa programmation et sa communication bilingue, comme un acteur important de l’espace culturel franco-allemand de notre région.

www.carreau-forbach.com

La Fondation pour la coopération culturelle franco-allemande

La Fondation pour la coopération culturelle franco-allemande est une fondation allemande de droit public. Elle fut créée le 8 novembre 1989 comme porteur juridique du secrétariat allemand du Haut Conseil culturel franco-allemand. 

D’après la convention de coopération entre le Land de Sarre, le Département de la Moselle et la Ville de Sarrebruck, la Fondation est également porteur juridique du Festival franco-allemand des arts de la scène Perspectives depuis janvier 2007. 

La Fondation a pour mission de soutenir les relations culturelles entre la France et l’Allemagne. Dans ce cadre, elle initie et met en œuvre des projets culturels, dans la région Saar-Lor-Lux et au-delà. 

Les membres de son Conseil d’administration sont des représentants du gouvernement de la Sarre, du gouvernement fédéral et des Länder allemands, de la République française, de l’Université de la Sarre, ainsi que d’organisations franco-allemandes.  

www.stiftung-dfkultur.org

 

Appel à projets MAGNET

Dans le cadre du projet «ArtBrücken», nous proposons aux artistes de revisiter le logo sous toutes ses formes. Ce sont à la fois le visuel (logo) / l’objet (l’aimant) / le contenu que les artistes peuvent reprendre et questionner pour mieux réinventer. Pour cela, nous attendons des artistes une proposition artistique dans un but d’exposition d’une part et dans un deuxième temps de la décliner sous forme d’un objet dérivé, que le public pourrait s’approprier et identifier au projet «ArtBrücken». 

 

Ce projet s’inscrit dans une démarche de soutien à la jeune création artistique. En leur proposant d’articuler la création et l’édition en série dans un seul et même projet, les artistes sont amenés à développer un prototype éditorial complémentairement à la production d’une oeuvre. Ceci permettra d’activer des circuits de commercialisation courts autour de petites séries à destination d’un public de proximité. Il s’agit donc de permettre à la fois aux artistes de trouver des débouchés à leur production mais aussi, pour un plus grand nombre d’amateurs, d’acquérir des oeuvres originales de jeunes artistes contemporains. 

Les créations qui auront été retenues seront exposées dans différents lieux culturels de Forbach. 

Les artistes sélectionnés participeront à une exposition collective qui se déroulera du 31 janvier au 22 février 2013.

A l’issue de cette exposition, un prix sera décerné à l’un des artistes exposés au cours de cette période. 

L’artiste lauréat sera désigné à la fois par des professionnels artistiques dans le domaine des arts visuels français et allemand et le public. En effet, il nous semble important d’inciter le public à découvrir les différentes réalisations, tout en lui permettant de devenir acteur de ce projet en participant à la sélection. De plus, conçu comme un projet de démocratisation culturelle à part entière, l’accès des visiteurs sera gratuit et une large campagne de communication assurera une visibilité aux participants. 

 

CRITERES DE PARTICIPATION

SELECTION DES ARTISTES

L’appel à projets est ouvert à tous les artistes engagés dans une démarche professionnelle qu’ils soient français ou étrangers, à la condition qu’ils respectent les obligations en vigueur en matière sociale et fiscale. Les jeunes artistes et les étudiants en art sont également invités à participer.

Les artistes peuvent postuler seuls ou à plusieurs (en binôme, collectif...). 

Ils sont appelés à soumettre un projet original et innovant qui revisite le «U» d’ArtBrücken, dans sa forme et/ou dans le fond. Un intérêt particulier sera apporté à la pertinence et l’originalité des projets d’exposition et de l’objet dérivé proposé à cette occasion.

LES OEUVRES

Toutes les formes artistiques relevant du domaine des arts visuels peuvent être proposées. En effet, il peut s’agir d’œuvres de dessin, de peinture, de sculpture, de gravure, de lithographie, aussi bien que d’œuvres graphiques et typographiques, d’édition, d’œuvres photographiques, d’œuvres utilisant la lumière, d’œuvres appartenant au domaine des arts appliqués, d’oeuvres faisant appel aux nouvelles technologies, oeuvres de design, performances et installations. 

La combinaison de plusieurs de ces formes est possible dans le cadre d’une même création.

L’oeuvre doit pouvoir être présentée dans un espace de 4m carrés comportant un mur et le sol (les lieux d’exposition sont divisés pour permettre de présenter plusieurs artistes). 

Des interventions au mur et au plafond sont possibles (percer, peindre,...). Des écrans, minividéoprojecteurs, des téléviseurs, des cadres numériques, des lecteurs dvd, socles peuvent être mis à disposition des artistes (sous réserve de quantité). 

Seront pris en charge par les partenaires du projet : le trajet de l’artiste, les repas et l’hébergement pour le vernissage. Les frais de production éventuels (de l’oeuvre et de l’objet dérivé) seront à définir selon les projets. 

Tous les matériaux peuvent être utilisés à condition qu’ils ne soient pas dangereux. 

Il faut prendre en considération le transport de l’oeuvre et anticiper également la facilité du montage / démontage de l’installation.

Les artistes sélectionnés disposeront d’une journée pour mettre en place leur création accompagnée de la proposition de l’objet dérivé.

 

COMITE DE SELECTION

Un comité de pré-sélection sera composé de professionnels du monde de l’art contemporain, des arts visuels et vivants (un professeur d’art, un gérant de structure culturelle, un artiste et au moins un représentant de chaques partenaires du projet) qui procèdera à une pré-sélection des dossiers puis de l’artiste lauréat.

Comme mentionné dit précédemment, le public sera également impliqué dans le processus de sélection de l’artiste lauréat. 

 

CALENDRIER

10.2012 Diffusion de l’appel à projets

14.12.2012 Date limite du dépôt des dossiers

18.12.2012 Sélection des candidats

31.01.2013 Montage 

31.01.2013 Vernissage

31.01- 22.02.2013 Exposition

22.02.2013 Remise du prix à l’artiste lauréat / Finissage

 

DOSSIER DE CANDIDATURE

Chaque dossier de candidature devra comporter les pièces suivantes :

> CV 

> Book 

> Présentation ( environ 10 lignes) de l’oeuvre et de l’objet dérivé, accompagnée de visuels (maquette, esquisse, photographie...)

> Description technique de l’oeuvre et de l’objet dérivé (matériaux, conditions d’installation...)

> Budget prévisionnel (incluant la production de l’oeuvre, son installation, le transport, déplacement et l’hébergement de l’artiste et l’objet dérivé)

 

Le dossier devra être envoyé avant le 14 décembre 2012 à 18h :

CASTEL COUCOU

60 avenue Saint Rémy

57600 Forbach

FRANCE

 

ou par email au : castelcoucou@gmail.com

 

Repost 0
Published by castelcoucou
commenter cet article
1 novembre 2012 4 01 /11 /novembre /2012 14:27

annonce-appel-a-projet-copie-1.jpg

Dans le cadre, de l’exposition à Forbach, des pièces du Centre d’Art Verrier de Meisenthal (dont leurs célèbres boules de noël en verre réalisées par des artistes contemporains) et des trente ans de l’association EMMAUS, le Castel Coucou, espace d’art contemporain, propose aux artistes de prendre part à ces évènements en participant à l’appel à projet suivant.


DESCRIPTION DU PROJET

Cet appel à projet consiste à proposer aux artistes de revisiter et d’apporter une touche de magie à l’objet “ boule de noël”.

Les oeuvres attendues doivent réinventer et questionner l’objet traditionnel que représente la boule de noël d’une manière artistique et contemporaine. En effet, la boule de noël est riche de sens et cet appel à projet est donc l’occasion pour les artistes de lui apporter une dimension nouvelle à la fois

 esthétique, poétique et symbolique. 


MODALITE

> Les artistes

L’appel à projet s’adresse à tous les artistes plasticiens qu’ils soient confirmés ou étudiants en école d’art. 

Diverses techniques artistiques dans le domaine des arts visuels peuvent être proposées : sculpture, dessin, peinture, gravure, lithographie, photographie, graphisme,  typographie, design et oeuvres vidéos. 


 

> Le projet

Le projet attendu doit être une oeuvre innovante, originale, pertinente qui questionne ou réinvente la "boule de noël" au point de la détourner. De plus, il n’est pas demandé aux artistes de réaliser forcément un objet, c’est pourquoi des oeuvres graphiques ou vidéos, par exemple, sont aussi les bienvenues.

 

DEROULEMENT DU PROJET

Dimanche 25 novembre :               fin du dépôt des candidatures

Du 26 novembre au 7 décembre :  sélection des oeuvres et accrochage

Samedi 8 décembre :                   vernissage en mђme temps que celui du CIAV à l’Office de tourisme de Forbach

Du 8 au 21 décembre :                 vote du public

22 décembre :                             remise du prix de l’artiste lauréat


LE JURY

Le jury sera constituЋ de professionnels du monde l’art contemporain (gérants des structures culturelles partnaires du projet) et du public.

Un prix de 500 euros sera remis à l’artiste ayant réalisé l’oeuvre plébiscitée.


DOSSIER DE CANDIDATURES

Chaque dossier de candidature devra comporter :

 > un CV

> un book 

> un descriptif de l’oeuvre réalisée (quelques lignes) 

> et ceux qui le souhaitent peuvent envoyer une proposition de mise en espace de l’oeuvre. 


Les oeuvres devront être envoyés ou déposés au Castel Coucou :

 60 avenue Saint Remy

 57600 Forbach

 FRANCE

ou par email : castelcoucou@gmail.com

 jusqu’au 25 novembre 2012.


Pour plus de renseignements : + 33 (0)761410606 ou sur castelcoucou@gmail.com 


Avec le soutien de la DRAC Lorraine, le Conseil Régional de Lorraine, le Conseil Général de Moselle, le dispositif "Noëls en Moselle" et la Ville de Forbach.

En partenariat avec le Centre d'Art Verrier de Meisenthal et l'association EMMAUS de Forbach.

 


   

 

Repost 0
Published by castelcoucou
commenter cet article
15 octobre 2012 1 15 /10 /octobre /2012 15:57

Destination-Lune-03.jpg

Destination Lune, Photo du film, Jonathan RESCIGNO, 2010

 

 

SEULS/allein

Jonathan Rescigno

 


 

19.10.12 / 12.11.12

Vernissage vendredi 19 octobre à 18h30

VIDEO


 

DECONSTRUCTION, est une série de quatre films à propos de la métamorphose du paysage Mosellan. Dans Destination lune, je retourne dans la cité Kobenberg à Forbach, première cité minière construite en Lorraine. J’y recherche l’appartement de mes grands-parents avec l’aide de Kamel, le tout dernier habitant de la cité avant sa complète disparition. Les vidéos Simon 5, Houve et Le Langolier traitent de la disparition des chevalements, symboles miniers par excellence.

DECONSTRUCTION ist eine Serie von 4 Filmen џber die Verwandlung der moselanischen Landschaft.

In Destination lune kehre ich in die Kobenberg Siedlung  in Forbach zurџck ,die erste in Lothringen gebaute Bergarbeitersiedlung. Ich suche dort die Wohnung meiner Grosseltern. Kamel hilft mir dabei. Er ist der letzte Einwohner dieser Siedlung, bevor sie ganz und definitiv verschwindet.Thema der Videos Simon 5, Houve und Le Langolier ist das Verschwinden der Fљrdertџrme, Symbole an und fџr sich des Bergbaus.


 

SEULS est une installation vidéo créée et présentée dans la vitrine de la galerie Castel Coucou. La question de la délimitation des territoires est au centre de cette création. Pour ce projet j’ai travaillé à partir des lignes de rochers ou de barrières en bois anti stationnement délimitant l’espace urbain et fonctionnant comme des frontières invisibles et transparentes entre les gens du voyage et les autochtones.

ALLEIN ist eine Videoinstallation, die in der Vitrine der Castel-Coucou Galerie hergestellt wurde und auch ausestellt ist. Im Mittelpunkt dieser Creation steht die Frage derК Gebietbegrenzung. Die Arbeit basiert auf der Recherche der Felsen- und Holzbarrieren (gegen ParkplЉtze), die zur Abgrenzung der StadtrЉume dienen und wie unsichtbare und transparente Grenzen zwischen dem fahrenden Volk und den Einheimischen funktionnieren.

Traduction par Elodie Hermann et Danielle Schoux en partenariat avec le Lycée Saint Joseph de La Providence


 

Castel Coucou vous invite au vernissage de l’exposition

 le  vendredi 19 octobre à 18h30. 

Dans le cadre de la rétrospective de Jonathan RESCIGNO,  

nous vous informons de l’inauguration de l’espace d’art contemporain

 

L’Oeil au lycée Jean Moulin le lundi 12 novembre à 18h30. 


Castel coucou lЉdt ein zur Erљffnung der Ausstellung Freitag, 

19 Juni um 18:30 Uhr.

 

Im Rahmen von der Retrospektive von Jonathan Rescigno, 

informieren wir џber die Erљffnung des Galery Оil 

ins Gymnasium Jean Moulin (Forbach) am 

Montag den 12. November 2012.  


 

Horaires d’ouverture :  

Jeudi-Samedi // 15h-18h30 +rdv

  

 

 

 

 

 

Offnungszeiten :

 

 

 

 

 

 

Do-Sam // 15-18:30 Uhr + nach Vereinbarung

Repost 0
Published by castelcoucou
commenter cet article